La préparation physique en Football : avec ou sans ballon ?

Par Yohwen Guihard, préparateur physique chez Manouvrier Performances.

Le ballon au football occupe une place toute particulière, le joueur l’ayant en sa possession voit sa technique de locomotion devenir complètement différente de celle des autres joueurs. En effet, les membres inférieurs ont la double mission d’interagir avec le ballon tout en assurant la locomotion, contrairement à d’autres sports collectifs où le ballon est manipulé majoritairement ou uniquement avec les membres supérieurs (basketball, handball, rugby, volley-ball) ce qui permet donc à l’appareil locomoteur d’être « libre ».

On peut émettre l’idée d’un continuum sur lequel le porteur de balle est situé :

Sans titre

Les meilleurs joueurs mondiaux sont souvent très performants sur la partie gauche du continuum. Ils sont aussi capables, de par leur aisance technique, de se situer proche du centre du continuum afin de toujours avoir le ballon à portée de pied pour changer de direction facilement et ce, sur des vitesses moyennes à élevées.

Concrètement, plus un footballeur touche le ballon, plus il est capable de :

  • Changer de direction rapidement, et donc mettre en place des stratégies d’évitements (dribbles)
  • Protéger le ballon en ayant toujours son corps entre celui-ci et l’opposant
  • Profiter des angles de passes offerts par ses coéquipiers

Mais toucher le ballon souvent implique des placements corporels particuliers pour les phases de décélération-accélération, ainsi qu’une technique de course particulière pour les phases où la vitesse est plus élevée, qui sont éloignés des techniques et des placements optimaux.

Il est donc important de différencier :

Sans titre

Qu’est-ce que cela implique sur le versant de la préparation physique ?

Dans leur article (1), Sheppard et Young mettent en lumière la complexité d’un sport comme le football en terme d’agilité, qu’ils qualifient d’universelle. Les composants qu’ils exposent offrent de riches possibilités d’intervention dans l’entrainement du footballeur avec et sans ballon.

  • Toucher le ballon souvent afin d’en garder la plus grande maîtrise
  • Courir le plus vite possible (fréquence x amplitude de foulée)
  • Déplacement avec ballon
  • Déplacement sans ballon
  • Travail d’appuis avec touche de balle
  • Travail d’appuis sans touche de balle

Notre mission consiste à rendre le joueur le plus efficace possible en terme de qualités physiques propres au football pour chacune des cases du graphique précèdent. Ce constat est le point de départ de beaucoup de choses, ensuite il est propre à chacun de placer dans ces cases les qualités physiques correspondantes, de définir de quelle manière il souhaite les évaluer, comment prévoit-il de les développer, avec quelles méthodes, quels outils, quelle programmation, etc.

Quelques exemples 

Lionel Messi : ce qui fait l’efficacité de ses dribbles depuis tant d’années n’est pas l’invention chaque semaine d’un nouveau geste technique, mais bien la capacité à aller vite tout en gardant le ballon dans une zone optimale pour changer de direction avant d’être intercepté. Bien évidemment il n’est pas le seul, mais il est l’une des illustrations les plus parlantes de cette capacité.

Kylian Mbappé : il utilise l’alternance entre « je touche le ballon souvent pour en garder la maîtrise » et « je le pousse un peu plus loin pour pouvoir faire 4-5 foulées libres et prendre de vitesse mon adversaire direct pendant ce temps ».

Parlons maintenant de l’implication de cette relation « ballon / dynamique de course » sous un angle pratique.

Question : Les joueurs les plus rapides sans ballon sont-ils aussi les plus rapides avec ballon ?

Réponse : Oui & Non… ou peut-être mais pas forcément !

L’exemple parfait pour illustrer ces propos est celui d’un jeune retraité de l’athlétisme, l’incroyable Usain Bolt.

Sur la vidéo ci-dessus on peut remarquer sa rapidité quand il n’a pas besoin de s’occuper du ballon, mais aussi sa « lenteur » lorsqu’il conduit le ballon, donc être rapide sans ballon est différent d’être rapide avec ballon. Nous avons ici affaire à l’homme le plus rapide de l’histoire sur 100 mètres en ligne droite… mais avec un ballon auquel il faut prêter attention, et des adversaires qu’il faut éviter, Bolt est bien plus lent que les deux joueurs cités plus haut.

C’est donc une motricité spécifique à prendre en compte dans l’évaluation des qualités physiques et la préparation physique du footballeur, surtout lorsque l’on est dans une phase de travail spécifique à l’activité.

Vitesse linéaire sans ballon

Sprinter en ligne droite sans ballon, lesté ou non, aucun autre exercice ne permet de développer autant de force au niveau des muscles de la jambe, et notamment des ischio-jambiers (2). Sprinter est donc un exercice de choix dans le développement des qualités neuromusculaires (force, puissance, vitesse), le lest permettant de cibler un endroit de la courbe F-V sur laquelle on souhaite travailler. Le chariot est le lest que nous utilisons préférentiellement.

L’intérêt d’un tel travail dissocié est son effet vaccin.

Sprinter souvent permet de se « vacciner » (3) contre les blessures musculaires qui interviennent majoritairement au niveau des ischio-jambiers. Beaucoup de professionnels de la préparation physique et de scientifiques sont d’accord sur le fait qu’atteindre un pourcentage élevé de la Vmax pendant la semaine d’entraînement aurait un effet préventif.

Vitesse linéaire avec ballon

Sprinter en ligne droite avec ballon : la vitesse de déplacement est forcément moins élevée que lors d’un sprint sans ballon, le but étant de s’en rapprocher. Le travail en interaction avec le ballon lors du sprint permet cela. Le cycle de sprint est détaillé ainsi : vitesse élevée –> légère décélération -> facteur technique avec le ballon pendant l’interaction –> ré-accélération maximale pour les x appuis restant avec la prochaine interaction avec le ballon.

Vitesse multidirectionnelle sans ballon

Course multidirectionnelle sans ballon, lestée ou non, le changement de direction (COD) fait partie inhérente de l’activité football, et la qualité de celui-ci dépend des décélérations-accélérations qui lui sont associées. Il convient donc de les travailler en parallèle avec des exercices de « pied », de plyométrie, d’absorption de force… afin d’améliorer ces phases. Il est à noter que les phases de décélération sont presque toujours suivies de phases d’accélération (il y a peu d’intérêt de décélérer fort sans ré-accélérer derrière), alors que l’inverse n’est pas toujours vrai. La résistance que nous utilisons ici de manière préférentielle est l’Ivo Trainer.

Vitesse multidirectionnelle avec ballon

Il convient ici de gérer la qualité de chaque appui, car le ballon est constamment à portée de pied et implique donc potentiellement une interaction à chaque appui pour changer de direction. Exemple : proposez un exercice de changement de direction avec variations d’angles afin de travailler la gestion du ballon lors des décélérations-accélérations.

Un outil comme le Witty SEM permet d’apporter la réaction à un stimulus spécifique au football, le timing et la direction à prendre sont donc aléatoires et donnent du sens au travail réalisé.

Il est important de prendre en compte que lors de l’activité, toutes les courses et COD sont réalisés en réponse ou en prévision à des stimuli donnés par les adversaires ou les coéquipiers, il faut donc contextualiser les exercices au maximum.

Travail énergétique sans ballon

Ce travail est bien entendu primordial afin de pouvoir répondre à la répétition d’actions intenses d’un match de football. Le travail énergétique est réalisable de façon intermittente ou continue, en ligne droite ou avec COD, et encore une fois avec ou sans ballon. L’évaluation et le travail sous forme intermittente avec changements de direction correspond bien à l’activité football.

Travail énergétique avec ballon

La qualité du système énergétique est-elle la même lorsque l’on y inclut un ballon ? Et bien non, car l’attention portée à celui-ci afin de conserver une bonne technique de touche de balle est coûteuse, et ce même à vitesse faible. Les joueurs les plus endurants sur les tests d’évaluation de VMA continue ou intermittente ne le sont pas forcément sur des tests avec ballon comme le Footeval (4).

Constat

Au regard des 3 axes de travail que sont la vitesse linéaire, la vitesse multidirectionnelle et l’énergétique, on s’aperçoit que l’ajout du ballon change pas mal de choses. En particulier le niveau d’attention que le joueur doit allouer à son interaction avec la balle, ce niveau d’attention varie bien entendu avec le niveau de pratique et de maîtrise technique.

L’expression des qualités physiques du footballeur est donc modifiée par la qualité de son interaction avec le ballon. On peut courir vite, mais peut-on le faire en conduisant le ballon ? On est agile, mais qu’en est-il avec un ballon dans les pieds ? On est endurant, mais l’est-on aussi en portant une attention constante au ballon ?

Il est donc obligatoire de considérer l’interaction avec le ballon dans le travail des qualités physiques, autres que sur des exercices de type Small Sided Game.

Conclusion

Il faut toujours partir de l’activité afin de construire son plan de préparation physique. Tout outil et toute méthode peuvent y trouver leur place. Bien entendu, l’entraînement spécifique avec ballon ne doit pas prendre le pas sur le développement des qualités physiques, mais il faut être conscient que la finalité se trouve sur un terrain de football avec 22 joueurs et un ballon.

Yohwen Guihard, en collaboration avec Christophe Manouvrier – 20/06/2019

André-Pierre Gignac (Tigres) et Yohwen Guihard (Manouvrier Performances)
André-Pierre Gignac (Tigres) et Yohwen Guihard (Manouvrier Performances)

Bibliographie

Agility Litterature Review : Classifications, Training and Testing. J.Sheppard, W.Young, 2006.

COMPARISON OF HAMSTRING  MUSCLE ACTIVATION DURING HIGH SPEED RUNNING AND VARIOUS HAMSTRING STRENGTHENING EXERCISES. R.Van Den Tillaar, 2017.

Sprinting : a potential vaccine for hamstring injury ? Edouard, Mendiguchia, Guex, Lahti, Samozino, Morin.

Footeval.com