Challenger pour stimuler

La stimulation quotidienne de l’athlète est LE plus grand challenge à relever pour l’entraîneur sur le long terme.

Que le technicien soit en charge du technico-tactique, de la préparation physique, ou de la préparation mentale, garder un athlète motivé pour s’entraîner et chercher à progresser chaque jour n’est pas aisé, il est facile de tomber rapidement dans la monotonie si les contenus et l’organisation des séances restent similaires, ou au contraire dans la récréation lorsque l’on exagère sur l’aspect ludique.

Pour créer un équilibre je suis particulièrement friand d’instaurer des challenges et des compétitions pour stimuler les athlètes régulièrement, à vrai dire je ne passe pas une semaine sans qu’il y ait ce genre de composante dans les programmes que je crée.

Le challenge et la compétition font partie intégrante de trois systèmes d’entraînement particulièrement renommés qui influencent mon travail : Westside Barbell, Wendler 5/3/1 et RealMOVEMENT. C’est donc tout naturellement que j’ai intégré cette composante à mon système.

Savoir quand et comment challenger un athlète ou un groupe d’athlètes nécessite tout de même du feeling, de l’expérience, une certaine connaissance des personnes que l’on entraîne, et de l’imagination.

Quand challenger ?

Le challenge peut être utilisé de manière quotidienne ou hebdomadaire, une fréquence plus faible ne stimule pas assez régulièrement l’athlète à se dépasser ou battre ses records.

L’utilisation quotidienne a pour effet de faire émerger plus régulièrement l’esprit de compétition, d’accroître le focus, la motivation, et d’occulter complètement la monotonie de l’entraînement. Elle a pour limite l’imagination de l’entraîneur, qui doit se renouveler sans cesse, même s’il est bien sûr possible de rendre certains challenges redondants afin de créer une sorte de fil rouge et de pouvoir mesurer l’évolution. Attention tout de même car la sur-utilisation du challenge au quotidien peut s’avérer néfaste, en effet l’athlète peut s’immuniser contre ce type de pratique, surtout si les types de challenges se ressemblent.

L’utilisation hebdomadaire semble être le bon compromis, surtout lorsque l’on commence à incorporer de la compétition dans un groupe qui n’en a pas l’habitude, cette fréquence permet de ne pas immuniser les athlètes et d’avoir une sorte d’évènement chaque semaine. La fréquence hebdomadaire permet de pouvoir conserver un même challenge sur la durée d’un cycle d’entraînement de 3 à 4 semaines sans que la redondance ne se fasse sentir.

Au final, l’idéal est d’arriver à challenger l’athlète le plus fréquemment possible sans qu’il ne s’en aperçoive… d’où l’importance du « comment ».

Comment challenger ?

Il existe une multitude de façons de challenger les athlètes. Les challenges peuvent avoir un réel intérêt dans l’entraînement comme pas du tout, même si j’estime que rien n’est jamais complètement décontextualisé et que rajouter une corde à son arc est toujours bénéfique.

En général j’essaye d’avoir un gros challenge sur chaque cycle, ayant bien entendu un rapport avec la progression physique attendue de l’athlète. Je choisis ici la fréquence hebdomadaire pour en faire un fil rouge. Par exemple la mesure du pic de vitesse sur un tirage d’épaulé à l’accéléromètre une fois par semaine.

Il peut m’arriver aussi d’instaurer un challenge n’ayant pas de rapport direct avec la performance, sur lequel l’athlète peut se challenger quand il le souhaite. Le challenge reste en place sur 3-4 semaines en général, et il est plutôt facultatif. J’aime bien utiliser les idées d’Ido Portal dans ce cas là (jonglage, dextérité, etc.)

De temps en temps je peux instaurer un challenge dans une séance quand je sens que l’athlète ou le groupe d’athlète a besoin d’un petit boost pour se remettre en selle. Les challenges collectifs sont ici intéressants quand on entraîne un groupe d’athlète.

Afin de rendre cet article plus concret, voici quelques idées qui fonctionnent bien habituellement lors des séances de préparation physique en salle :

  • Challenges physiques hebdomadaires (changer toutes les 3-4 semaines) :
    • Imprimer le pic de vitesse ou le pic de puissance le plus élevé (nécessite un accéléromètre)
    • Saut en longueur et toutes ses variantes
    • Détente verticale et toutes ses variantes
    • Projection de Med Ball et toutes ses variantes
    • Max distance / calories au Watt Bike / Rameur / Ski Erg / Assault Bike / Winch
    • Distance en contre-la-montre au Watt Bike / Rameur / Ski Erg / Assault Bike / Winch
  • Challenges physiques à la séance :
    • Tir à la corde en duel (solo ou par équipe)
    • Circuit AMRAP en X minutes
    • Max de répétitions à une charge X
    • Mobiliser la charge la plus élevée pour X répétitions sur un exercice
    • Test des 6 secondes au Watt Bike (Watts max ou Distance)
    • 20m Yoke walk / Farmer’s walk @ 100% de Pdc chronométré
  • Challenges techniques à la séance :
    • Jeux de précision en rapport avec la discipline
    • Exercice technique en rapport avec la discipline
  • Challenges rapides hors contexte :
    • Jeux de memory (cartes, mots, suite de nombres)
    • Chiffres et lettres
    • Jongler à X balles pendant X secondes
    • Max de jongles au ballon de football / hacky sack / ballon de rugby
    • Dextérité en duel
    • Vitesse de réaction en duel
    • Questions sur l’histoire du club
  • Challenges « fil rouge » hors contexte (un mois pour acquérir le skill ou pour effectuer la meilleure performance) :
    • Résoudre un Rubix cube
    • Apprendre à jongler (balles / cerceaux / massues)
    • Max de répétitions au Tennis wall ball (Ido Portal)
    • Résolution d’une énigme

Conclusion

  • Vous n’êtes pas obligé de challenger physiquement vos athlètes à chaque fois, les challenges de réflexion ou de dextérité sont fortement appréciés et peuvent mettre une excellente ambiance dans vos séances
  • Tout le monde aime rajouter une corde à son arc, même si l’intérêt pour la performance semble éloigné du skill à acquérir
  • Variez autant que possible les petits challenges
  • Instaurez des rotations dans les gros challenges physiques mais laissez-les en place sur plusieurs semaines afin de permettre à l’athlète de progresser
  • Savoir quand et comment instaurer les challenges est la clé de la réussite
  • Laissez libre cours à votre imagination !
IMG_5588
Peni Ravaï Kovekalou vainqueur du challenge Drop Jump du jour à l’UBB

Fred Marcérou – 31/01/2020